Au temps des soies en ... soie ! l'âme en effet était tressée de purs fils de soie, puis pluseurs fois imprègnée d'huile de lin, longuement séchée puis poncée.
Elles nécessitaient (et nécessitent toujours) un rôdage, eh oui ! comme les moteurs de voiture, pour être au top de leur souplesse.

photo

SOIE KINGFISHER


Parfaitement conservée une anglaise dans sa jolie boite d'origine, un DT 6 I.

photo

SOIE EMERAUDE


Soie parallèle n°4 entourée de quelques racines.

photo

SOIE ELITE-SPORT


"Soie" en Nylon, qu'il était recommandé de "graisser légèrement et de ne jamais laisser sur le moulinet après la pêche" (sic !... pour du nylon !), selon l'étiquette, qui ne porte pas trace du nom du fabricant.

photo

SOIE AMANN


Soie double fuseau HEH : origine ?

photo

SOIE SILVER FLY


Soie en double fuseau

photo

SOIE DUBOS


Soie artisanale, superbe produit de "LA MAISON DE LA MOUCHE" à Paris (quai Henri IV à la pointe de l'île St Louis, toujours debout malgré les ans et les avatars... publicité gratuite), qui permettait grâce à sa finesse et son équilibre les posers les plus doux.
La DT 3 en photo nous a été vendue par Jean-Michel en 1979 pour équiper un blank PEZON tiercé et habillé par nos soins, elle vient seulement de terminer sa carrière après 25 ans de bons et loyaux services, mais elle a été choyée !
On remarque la notice dactylographiée donnant les conseils de rôdage et d'entretien.

photo

SOIE ROBINSON


Soie parallèle de 15 mètres, la plus fine de la gamme : 35 centième au palmer.
Incomparable pour la noyée en torrents !

photo

SOIE DUPONT


Une "soie" si l'on peut dire car elle est en Nylon, fabriquée par DU PONT DE NEMOURS, parallèle "C" soit L8F, donc assez lourde.

photo

TRESSES PARALLELES


Les tresses parallèles en coton, ici, de la marque "A LA PAGODE" en écheveau de 4 x 25 mètres, étaient très utilisées de par leur faible prix, notamment par les "locaux" en mouche noyée. Elles pourissaient assez vite et étaient assez difficiles à lancer, mais vu leur coût ... et au bout d'une grande canne à volante, cela faisait l'affaire.
Un autre modèle, américain celui-là, n° 4 (20 lbs) de chez GLADDING, en 2 bobines connectées de 50 yards.

photo photo

BAS DE LIGNE


Les bas de ligne : fuseaux casse-têtes plus ou moins mathématiquement calculés !
Ils étaient construit en "racines" anglaises ou japonaises, qu'il fallait humidifier pour pouvoir les nouer.
Bas de ligne et racines portaient souvent des noms évocateurs : KOSTOS, LA LUNE (?), L'AS DES AS, ROBUSTE, KY THIEN, et même ZOZO !
Et puis vint le Nylon, qu'on appelat aussi "racine" au début, souple, invisible et tellement plus résistant à finesse égale, que l'on "bobinat" et qui trouvat sa place dans les "distributeurs", ici un SYNTHEX de PEZON & MICHEL avec ses 4 bobines de diamètres différents.

photo photo photo